Archives de
Catégorie : Théâtres à venir

Théâtres à venir — Semaine du 30 janvier au 5 février 2017

Théâtres à venir — Semaine du 30 janvier au 5 février 2017

Janvier se meurt, et, avec février, c’est une frénésie de représentations qui s’éveille. J’ai ici sélectionné trois spectacles particulièrement attrayants, mais la programmation strasbourgeoise actuelle est du même tonneau : je m’attends à de très bonnes pièces.

 

 Poudre Noire

Mise en scène de Simon Delattre, Rodeo Theatre, texte de Magali Mougel

 

Linogravure © Simon Delattre

Travaillant la figure du fantôme, l’introspection des êtres, et la question de l’émancipation, Poudre Noire se pose comme une expérimentation dans le champ de la

marionnette contemporaine. Jeux d’ombres et de lumière, d’apparitions et d’évanouissements en tous genres. Je m’attends à une ambiance oppressante et fabuleuse. Je suis curieux.

Ce spectacle se joue sur la grande scène du Théâtre Jeune Public, 7 rue des balayeurs

Mardi 31 janvier à 14h30, mercredi 1er février à 10h et 20h30 et jeudi 2 février à 20h30

Durée du spectacle : 1h15

 

Erich von Stroheim

Mise en scène de Stanislas Nordey, texte de Christophe Pellet

 

© Jean-Louis Fernandez

Je retrouve dans le générique un concentré de visages familiers. La nouvelle création de Stanislas Nordey ne semble pas s’écarter de son champ de travail habituel. Personnages désaxés, situation transitoire questions de société, de sexualité, d’humanité. Les trois acteurs sont tous très proches du directeur. Deux artistes associés : Emmanuelle Béart, actrice à la renommée qui se passe de précisions, présente dans nombre des monuments de Nordey depuis 2010, et Laurent Sauvage, acteur aux allures de vieux fauve et à la présence écrasante, habitué lui aussi de ces spectacles. Enfin, Thomas Gonzales, qui comme ses deux camarades était acteurs dans la dernière création de Nordey : Je Suis Fassbinder. Ajoutez à cela l’auteur de la pièce, Christophe Pellet, connu pour ses écrits subversifs, et vous comprendrez qu’avec Erich von Stroheim, je m’attends à un coup de boutoir de l’ampleur des derniers spectacles de Nordey au TNS. Je verrai cela demain soir.

Ce spectacle se joue au TNS salle Koltès, 1 Avenue de la Marseillaise

Du mardi 31 janvier, mercredi 1er, jeudi 2, vendredi 3, samedi 4, mardi 7, mercredi 8, jeudi 9, vendredi 10, samedi 11, mardi 14 et mercredi 15 février à 20h, et dimanche 12 février à 16h.

N.B. Je ferai bien entendu une critique de ce spectacle, mais peut-être celle-ci n’arrivera-t-elle qu’après la rencontre avec Stanislas Nordey et son équipe à la librairie Kléber, samedi 4 février à 14h.

 

Le Chien, la nuit et le couteau

Mise en scène de Louis Arene, Munstrum Théâtre, texte de Marius von Mayenburg

 

© Munstrum Théâtre

Je relie cette pièce aux deux précédentes. Éditée à l’Arche comme Erich von Stroheim, mais dans une ambiance semblable à cette de Poudre Noire. Entre les ombres, un personnage, égaré dans un monde inconnu, va errer dans sa propre nuit. Introspection fantasmagorique, nouvelle variation du pays des merveilles, dans une teinte sombre, le texte de Marius Von Mayenburg taillade vif l’individu et sa société.

Ayant adoré la représentation du Moche en mars dernier par la troupe amatrice La Théâtropée, je me réjouis de découvrir une nouvelle mise en scène d’un texte du jeune auteur allemand. De plus, le travail de cette compagnie autour de l’accessoire ancestral qu’est le masque, et ses diverses expérimentations me semblent du plus grand intérêt.

Ce spectacle se joue au TAPS Laiterie 10 Rue du Hohwald

Mardi 31 janvier, mercredi 1er, jeudi 2 février et vendredi 3 février à 20h30, et samedi 4 février 2017 à 19h00

Durée du spectacle : 1h15

 _______________________________________

Je suis censé me rendre à sept représentations théâtrales cette semaine. Les articles sortiront donc au mieux selon mes possibilités de rédaction.

Bons spectacles à vous !

Théâtres à venir — Semaine du 23 au 29 janvier 2017

Théâtres à venir — Semaine du 23 au 29 janvier 2017

Pas grand-chose à sortir cette semaine sur Strasbourg. Un moment de battement, une accalmie entre les déferlements des grands et nombreux spectacles qui arriveront à la jonction de janvier et de février.

Néanmoins, les pièces que voici sont pleines de promesses !

Dans la solitude des champs de coton

Mise en scène de Jordane Hess et Jonathan Daudey, les Ham’acteurs, Bernard-Marie Koltès

 Pièce culte et pourtant méconnue dans sa profondeur, la Solitude est aussi une œuvre incomprise. Écrite en 1985 par un Koltès déçu de l’accueil de sa précédente création (Retour au désert), reçue comme un regard sombre sur le cœur humain. Il décide de se débarrasser de tout l’appareillage théâtrale traditionnel et de forger un texte brut, livrant ses idées sur l’ironie de l’existence sans fard. Mais c’est l’effet inverse qui se produisit. Depuis, ce texte ô combien singulier a inspiré de nombreux metteurs en scène. Sans parler de Chéreau qui en fit trois versions (avec notamment le fantastique Pascal Greggory), la Solitude est montée encore et encore, comme s’il y avait là quelque chose de si dense que nul traitement ne suffirait à l’épuiser (dont une version en octobre 2016 au TNS, dans une mise en scène de Charles Berling).

Charles Berling et Mata Gabin © Jean-Louis Fernandez

J’ai moi-même monté ce texte en 2014 (au CDN d’Orléans). Cette première mise en scène était significative dans mon esprit, justement parce que ce texte touche au cœur de la condition humaine, avec un cynisme masqué qui ne dit pas toujours son nom.

Les Ham’acteurs, quant à eux, sont une troupe que je connais depuis trois ans maintenant, et qui ne m’ont jamais déçu. Jordane Hess et Jonathan Daudey notamment, les deux interprètes et metteurs en scène de cette version, présentent une grande  qualité de jeu. Le premier est même, à mes yeux, aussi bon que nombre de professionnels embauchés et rémunérés couramment — voire meilleur que certains d’entre eux.

Ce spectacle est gratuit. La réputation de la troupe n’étant plus à faire, il y aura foule, comme le laissent présager les événements facebook. Je vous conseille donc de venir en avance.

Représentations à la Salle Évolution du bâtiment le Portique, Campus universitaire, 17-19 Rue du Maréchal Juin

Mardi 24 et mercredi 25 à 20h.

Durée du spectacle : 1h 30 environ

Madame Bovary

Mise en scène de Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps, compagnie La fiancée du Requin, d’après Gustave Flaubert, adapté par Paul Emond

 Deux ans après Bovary, pièce de province de Mathias Moritz au Maillon, voici que c’est au TAPS que ce monument flaubertien est présenté, dans une nouvelle adaptation théâtrale. Place à une scénographie simple, minimaliste presque, et à quatre acteurs qui concentrent toute la flamboyance des personnages du roman. Des instruments de musique sont à portée de main, et, acteurs, joueurs, chanteurs, les quatre comédiens livrent une performance complète. Les critiques sont enthousiastes, et je dois avouer que je suis impatient d’y assister, si je parviens à obtenir une place.

Représentations au TAPS Scala, 96 Route du Polygone

© Brigitte Enguerand

 Mardi 24, mercredi 25, et vendredi 27 janvier à 20h 30, jeudi 26 janvier à 19h.

 Durée du spectacle : 1h 30 environ

 NB : Ce spectacle affiche complet. Une liste d’attente sera ouverte chaque soir avant le début de la représentation (prévoyez entre trois quarts d’heure et une demie heure). 

Cold Blood

Mise en scène de Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey Titre

Un spectacle qui m’a interpellé lors de la présentation de saison au Gobelet d’or. Il s’agit d’un film réalisé en direct et dont les acteurs sont… des mains. Elles évoluent dans des décors à leur dimension, sont parfois costumées, et accompagnées par une voix suave et hypnotique. Le spectacle se pose comme une plongée onirique et rétrospective évoquant le trépas et l’essence de la vie. Scènes quotidiennes vues du bout des doigts, Cold Blood est, à mon avis, LE spectacle à ne pas rater cette semaine. Il promet d’être touchant, drôle et fascinant.

 Je vous conseille d’ailleurs fortement de regarder sa bande annonce, très soignée et déjà envoûtante :

 Représentations au Maillon Wacken, Parc des Expositions, 7 Place Zeller
 Mardi 24, mercredi 25 et jeudi 26 janvier à 20h 30

 Durée du spectacle : 1h

Rebelles

Mise en scène de Nathalie Vierne, de et avec Karine Lyachenko,

  One man show satirique où la comédienne incarne de grandes figures féminines historiques. L’humoriste emploie un ton gouailleur et des blagues peut-être un peu directes mais efficaces.

 Pour vous en faire une idée, voici quelques extraits du spectacle :

  Représentations à l’Espace K, 10 rue du Hohwald

 Du mardi 24 au samedi 28 janvier à 20h 30

Une très bonne semaine à tous.

Théâtres à venir — Semaine du 16 au 22 janvier 2017

Théâtres à venir — Semaine du 16 au 22 janvier 2017

          Ce petit récapitulatif n’a pas pour but de dresser la liste exhaustive des représentations théâtrales se déroulant à Strasbourg et dans ses environs. La tâche serait fastidieuse et superflue, étant donnée que ce recensement est très bien effectué ailleurs. Il s’agit plutôt d’attirer l’œil du lecteur sur certains spectacles qui méritent (selon moi) que l’on s’y intéresse particulièrement, pour diverses raisons.


Sermons Joyeux

Mise en scène de Marion Grandjean, Les Anges Nus, d’après Jean-Pierre Siméon

©Les Anges Nus

            Pièce crée par la compagnie strasbourgeoise des Anges Nus en mars 2015 au TAPS, Sermons Joyeux est à mi-chemin entre le cabaret, le cirque, la tribune politique et la somme sociétale. Clown, danse, marionnette, jeu et chant se mélangent dans les mains de figures archétypales, et chaque spectateur vibre différemment au gré de sa résonance. Spectacle de la révolte qui joue du mélange des genres comme de celui des tons, j’en garde un souvenir mitigé en cela que certains points du discours ne m’avaient pas entièrement convaincu — ou peut-être m’avaient-ils trop troublé pour que je vois d’un œil serein cet assemblage bigarré et pétaradant. Mais Sermons Joyeux m’avait fait forte impression et je n’hésiterai pas devant une nouvelle représentation. Si vous désirez en avoir un avant-goût, jetez un œil au teaser vidéo que voici.

Représentations au TAPS Laiterie, 10 Rue du Hohwald

Mercredi 18 janvier à 20h30, jeudi 19 janvier à 19h00 (rencontre avec l’équipe artistique à l’issu de la représentation), vendredi 20 janvier à 20h30 et samedi 21 janvier à 19h00


Leeghoofd

Mise en scène de Jef Van Gestel Tuning People & Kinderenvandevilla

© Clara Hermans

Voici un spectacle qui m’avait attiré l’œil lors de la présentation de saison du TJP. Un homme, avec un énorme ballon blanc en guise de tête, s’exerce — à l’aveuglette — à se confectionner des visages et effectuer certaines actions, plus ou moins complexes. La tâche est ardue au possible et le résultat incertain, mais le geste amusant et léger. Spectacle accessible dès 4 ans, présenté dans le cadre des Weekends du TJP. Les plages horaires sont particulièrement variées, ce qui engage à s’y rendre, pour un moment de plaisir, et de candeur.

Représentations au TJP petite scène, 1 rue du pont Saint-Martin

Mardi 17 janvier à 14h 15, mercredi 18 janvier à 9h 15 et 15h, jeudi 19 janvier à 9h 15 et 14h 15, samedi 21 janvier à 11h et 17h, et dimanche 22 janvier à 11h et 17h

Durée du spectacle : 55 minutes


 La Fonction Ravel

Un projet de et avec Claude Duparfait, collaboration avec Célie Pauthe

© Élisabeth Carecchio

Un événement de l’Autre Saison du TNS, avec Claude Duparfait et le pianiste interprète François Dumont. Le récit du sauvetage d’un enfant par la musique, et la plongée autobiographique dans une jeunesse de doutes. L’événement promet d’être touchant, correspondances de paroles et de notes.

Représentations en salle Gignoux du TNS, 1 Avenue de la Marseillaise

Jeudi 19 janvier, vendredi 20 janvier et samedi 21 janvier, à 20h

Durée du spectacle : 1h 20

NB : Spectacle gratuit. Réservation recommandée.


Le Tartuffe

Mise en scène de Noèle de Murcia, Compagnie l’Apostrophe, Molière

On ne présente pas cette œuvre incontournable du théâtre classique français. Aussi me contenterai-je de préciser qu’il s’agit de la production de l’une des compagnies rattachée au collectif Trois 14, et que la pièce se joue donc au Théâtre du Cube Noir (9 Rue de la Garance), le dimanche 22 janvier à 17h, du lundi 23 au samedi 28 à 20h 30 et le dimanche 29 janvier à 17h. Et, également, qu’il est bon de rire un peu par ces temps de grisaille.


 Ma plus grande curiosité de la semaine porte sur un spectacle rare, tant dans son sujet que dans sa visibilité :

Les Carnets de Trigorine

 Par les élèves de COP théâtre du Conservatoire de Strasbourg, Tenessee Williams

Laurent Poitrenaux dans le rôle de Trigorine, « La Mouette » m.e.s d’Arthur Nauzyciel, CDN Orléans/Loiret/Centre, 2012. ©Frédéric Nauczyciel
Une adaptation libre de La Mouette d’Anton Tchekhov, rédigée quelques années avant la mort de Williams, ancre son intrigue dans l’Amérique des années 50s. Trigorine est, dans la pièce originale, un écrivain à succès. Mélancolique il n’écrit plus par plaisir, mais dans une sorte de besoin compulsif.

Jouée par des acteurs qualifiés, sortant de plusieurs rigoureuses années d’études au conservatoire, le spectacle promet d’être de qualité. La présence d’un pianiste habile et d’une violoncelliste (que j’avoue ne pas connaître) et la souplesse de leurs horaires ajoutent à l’intérêt de ce spectacle.

Représentations à la Cité de la Musique et de la Danse, 1 place Dauphine, salle 30

Jeudi 19 janvier et vendredi 20 janvier à 15 et 20h

Durée du spectacle : 1h 30

NB : Spectacle gratuit. Les places sont limitées et la réservation impossible. Il est donc recommandé d’arriver avec un peu d’avance.


©Hervé Deroo

Je signale également une collaboration entre le Maillon et Pôle Sud autour d’Umwelt et de Singspiele, deux spectacles de danse présentant fort bien, mais sur lesquels je n’ai pas de remarque particulière à formuler. Si ce n’est que Umwelt, créée en 2004, est une pièce qui a considérablement marqué la scène de la danse contemporaine ces dernières années, et que son passage à Strasbourg est une occasion en or. Un peu comme pouvoir assister à Rhinocéros d’Emmanuel Demarcy-Mota, dix ans après sa création.

Notez que le Jeudi 19 janvier, les deux spectacles seront proposés. Singspiele à 19:00 à Pôle sud, et Umwelt à 21:00 au Maillon Wacken.


Voici une semaine chargée. Il est peu probable que je parvienne à tout voir — sans compter les spectacles que je n’ai pas abordés ici. Le théâtre, c’est aussi faire des choix. Et j’espère avoir pu vous être d’une quelconque utilité dans les vôtres.

Bonne semaine.