À propos

Les didascalies, ce sont ces annotations embarrassantes qui jalonnent les textes de théâtre. L’interférence de l’auteur avec le travail des comédiens et du metteur en scène, des directives adressées par-delà le temps et la mort. C’est aussi un terme issu du grec διδασκαλία — oui j’écris en grec, je n’ai pas de honte — ce qui signifie enseignement. Et c’est ce que je tente bon an mal an de distiller à travers ces billets rédactionnels.

Vous aurez noté une suspension d’activité non négligeable depuis février 2017, causée par une série de facteurs qu’il serait fastidieux d’énumérer. Le blog va donc doucement redémarrer, avec un ton fatalement renouvelé et d’autres ambitions que celles qui le mirent au monde — quoique connexes, rassurez-vous.

 

D’une manière générale, ce blog s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui aiment, aimaient, aimeront le théâtre, l’opéra, le spectacle vivant, de près ou de loin, ici et ailleurs.